philouie 30 novembre 2013 20:19

Mandon,

Merci pour vos encouragement. Je ne dis pas que c’est tout rose en Islam. je dis ce qui ne va pas en chrétienté. je le dis à partir de l’Islam. C’est mon levier d’archimède.

Je reviendrais sur Condoleezza Rice, la femme qui murmurait à l’oreille de Bush tant ce qu’elle dit là corrobore ce que je défend ici.

Merci de revenir sur la diabolisation. je voulais en dire un mot.

La projection d’une émotion ?

je cite Gollum :

Je suis bien d’accord que le christianisme officiel est devenu un manichéisme ...Du coup, les adversaires de l’Église, et même ceux qui sont neutres et pas d’accord avec elle, sont forcément sous l’emprise de Satan, avec les conséquences déplorables que l’on connaît...

Quelques références de Jung serait les bienvenues mais Jung est loin pour moi et j’ai la flemme de chercher.

Pour moi, la diabolisation touche à la conscience de soi, c’est un problème d’identité. Ce n’est pas pour rien qu’identitaire va avec raciste.

Les émotions produisent plutôt les actes violents alors que la diabolisation pervertie la pensée.

on en a eu un bon exemple chez jean. sans forcer ça vient assez naturellement :

je cite Jean :

Dommage que l’ islam soit une déviance et, pire, prétend le contraire : Ruse ultime du démon (la raison toute puissante) c’ est le trompeur par excellence, le séducteur !

Il est assez symptomatique de voir que Jean a un discours très Jésus les petites fleurs et en même temps diabolise à tout va.

Pour Gollum, on l’a vu c’est le manichéisme, l’absolutisation du Bien. Pour moi, je m’en tiens à Jung et à la projection de l’ombre. c’est à dire ce que l’on refoule pour ne pas le voir. Il y a un mécanisme qui veut que plus on refoule plus on projette. Ainsi à « qualité » égale, celui qui cherchera à être un saint, parce qu’il s’idéalise, projettera davantage que celui qui est dans la voie du milieu. tranquille. c’est un peu mathématique. c’est ce que j’appelle le syndrome du saint.

Ce qui est projeté a toujours une figure démoniaque.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe