jack mandon jack mandon 1er décembre 2013 11:33

Jack était fatigué, il s’est posé en évoquant une « pose » dans une pirouette,
en forme de lapsus en faute d’orthographe. PAUSE.

En définitive je veux voir dans tous ces échanges, et principalement entre
Gollum, philouie et Jean une sincérité partagée, une bonne foi.

Gandhi affirmait qu’il avait compris la beauté du compromis. Pour lui emboiter
le pas, reconnaissons aux religions le mérite d’avoir souhaité le bonheur des
êtres humains, mais que par l’action humaine brouillonne et immature,
il en fut tout autrement sur toute la surface de la terre.
Les religieux évoquent en coeur les mérites de leur religion respective, mais
ce désir de concorde, d’amour et de paix est resté lettre morte pour les juifs,
 les chrétiens et les musulmans. Ils ont tous échoué.
Chacun doit accepter de considérer que le livre qu’il vénère comme un livre
unique et inspiré, n’a de prix que pour lui même, il ne saurait convenir au voisin
qui vit dans sa différence avec un autre livre ou une vie radicalement différente.
Toute tentative de prosélytisme cordiale ou guerrière est une forme de violence.
D’autant qu’en dernière analyse, si l’on affirme l’existence de Dieu,
c’est que l’on est pas loin d’en douter.

La vie des religieux, ou non, se vérifie dans les actes, les faits et l’histoire.
L’utilité du débat entre Gollum, philouie et Jean devrait servir cette conclusion.

Merci à tous.
 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe