Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 octobre 2014 15:07

Ouais, enfin , tout ça pour dire qu’un artiste contemporain en mal de notoriété et de prestige dans son petit cénacle de l’art contemporain a trouvé le moyen de s’ériger en martyre à peu de frais à cause d’une poignée de gugusses qui lui ont tapé dessus et pété sa baudruche.


Il aurait été bien triste si personne ne se serait offusqué de son zeplin vert et moche.

Ceux qui veulent - vraiment - casser un artiste de ce genre feraient mieux de critiquer son oeuvre en disant que c’est son oeuvre la plus ratée ( sous entendu qu’avant il a fait des trucs mieux même si c’est pas vrai, et que dés lors il décline ) que le contraste des couleurs est un échec retentissant, que les formes sont d’une banalité consternante voire même triviale, ect ...

A la limite, on pourrait même penser que ceux qui l’ont tabassé et pété son oeuvre sont ses complices ou des stipendiés pour lui faire de la publicité et lui conférer une aura de martyre de l’art moderne, bien que des cons ça existe.

On verra ce que donne l’enquête et si on choppe les agresseurs.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe