Gabriel Gabriel 21 novembre 2014 11:18

Bonjour Lisca,

Voilà là bien belle plume pour nous décrire cet échange, oh combien éducatif, entre ce vieux coq philosophe et ce fourbe renard à la bannière étoilée. Le vilain goupil voudrait asservir à sa botte le sage gallinacé afin d’envahir son poulailler et de mettre sur le trottoir de la misère ses poules chéries afin de mieux les dévorer. Point n’en fi l’ami au pelage de feu et aux dents encore rouge de sang des basse-cours du moyen orient, sachez que j’ai beau accueillir le jour naissant sur mon tas de fumier, je ne suis point prêt pour autant à vous le céder car, c’est sur ce monticule d’erreurs passées apprises que nous construiront la S.P.G (Société protectrice des gallinacés) à l’abri des fourbes de votre espèce.

Évidement belle fable que nous nous contons là mais la réalité est tout autre et je crains que les coqs actuels qui sont sensés veiller sur l’oisellerie France ne soient acquis et vendus à la cause des fourbes Vulpes.

Merci pour ce bon moment de lecture.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe