jack mandon jack mandon 11 janvier 2015 00:25

En revanche – et c’est tout le sens du combat du scientifique – le fait d’en être conscient représente le premier pas vers un début de « libération ».


Dans ce monde damné ou le crime fleurit, les actions de violence sont manifestement un déficit de conscience. Il est manifeste que le dogme au mieux et le fanatisme au pire, entretiennent l’un et l’autre des comportements humains d’une pauvreté et d’une dangerosité aujourd’hui criantes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe