howahkan Hotah 15 janvier 2015 08:55
Bizarre, je t’imaginais sioux, apache ou navajo, comme on se trompe quelques fois.
Il est vrai que par certains côtés, tes aïeux étaient des conquérants assez pacifiques, quand il descendaient de leurs contrées nordiques en drakkars, à la recherche de terres plus douces et plus ensoleillées, ils se trouvaient sur le sentier de la vie.
Ces ethnies celtes furent parmi les plus riches en agriculteurs bretonnants.
Le passé, même lointain, explique le présent par son histoire, ce n’est pas là une manière de se perdre, nostalgique, dans un temps qui n’est plus, mais de tenter une explication du présent devenu.
-----------------------------------------------------

le passé explique une partie du présent en superficialité bien sur..en profondeur il n’explique pas la violence, ni les guerres, ni le vol du collectif, etc etc il y a des explications superficielle de tout cela, là aussi il y a des milliers de livres..elles sont importantes aussi si elles disent ce qui est vrai...tout ce qui est vrai est « bon »..voila pourquoi l’histoire est l’objet de tant de mensonges et contre vérités quand ça n’est pas totalement faux...ce qui est vrai est libérateur...c’est comme cela ! c’est dans la nature de ces choses..

si déjà la vérité superficielle apparaissait partout sur tous les sujets , ce monde tel qu’il est est déjà fini...ceci n’augurerait rien de la suite.....car le mouvement de découverte de ce qu iest vrai doit continuer et il va envahir le fait de vivre...comme il l’entends...

ces mots ne sont pas a prendre trop littéralement...c’est juste une tentative de dire ce qui est difficile a dire à un autre,surtout par clavier et internet interposé....

j’ai rencontré le sioux de mon avatar par deux fois avec pas mal de personnes qui organisaient ces rencontres ....en Bretagne ,justement...

voici ce qu’il en disait superficiellement...



Quels sont vos premiers souve­nirs concernant la France ?
J’y ai d’abord rencontré les soi-disant groupes de soutien des Indiens d’Amérique, mais ils se battaient comme des organisations politiques, alors je suis retourné en Allemagne. En 1985, je suis revenu en France à l’invitation de sympathisants origi­naires de Guingamp en Bretagne. En découvrant les voies celtes, j’ai vu la similitude existant entre natifs originaires d’Amérique et natifs d’Europe.
Alors que je me trouvais avec des druides, l’un d’eux m’a demandé la signification du P inscrit dans mon nom, entre Archie et Fire. J’ai répon­du « Perceval », appellation que m’avait donné ma mère, après un rêve... Ces gens m’ont offert des bra­celets de sept feuilles de chêne, en me disant : « Bienvenue à la maison ! » Dans certains lieux, les Bretons ont accepté les sweat lodge et les quêtes de vision qui les connec­tent avec leurs origines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe