eric 6 février 2015 11:24

D’après l’Obs ( pas hostile) il y avait 5000 personnes dans la rue. On conçoit bien que dans ces conditions, il devient difficile pour nous de ne pas payer la dette des grecs à leur place...

Comme nous nous sommes endettés et continuons à le faire (notre budget est en déficit) pour les financer, et comme, en montant, nos dettes ont quand même une autre allure que celles des grecs, la vraie question est de savoir quand nous arrêtons de payer les nôtres.
Là, il y a de vrais enjeux quantitativement parlant.

En Grèce, c’est relativement bénin et ce sont surtout des problèmes internes ; Aux dernier chiffres que j’ai vu , 30% de la dette grecque est détenue par des grecs ; Il est certain que déposséder la population de 52 point de PIB d’économie du jour au lendemain aura sans doute de très forte conséquences sur l’économie de ce pays ( dette à 175% de PIB).

Mais il est vrai qu’ils ont fait un choix politique ( à 36% des électeurs) confirmé par le défilé massif de 5000 personnes et que c’est leur politique intérieure.
En terme de croissance, d’investissement, de revenu des retraités, d’emploi etc...c’est sur que cela fera regretté « l’austérité européenne », mais ce sera un marasme 100% Grec. En matière de dignité nationale, cela fait toute la différence....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe