Onecinikiou 21 février 2015 15:54

« La justesse de ses propos ne devrait pas empêcher quelques objections. »


Oui des objections sur l’essentiel ! 

1/ Mélenchon est un immigrationniste forcené, comme ses propos et ses prises de position le démontrent. Il est donc, consciemment ou inconsciemment, un partisan du choc des civilisations puisque c’est bien l’immigrationnisme et ses conséquences qui seront la cause, à terme, de la guerre civile dans ce pays, voire dans un certain nombre d’autres pays d’Europe.

2/ De ce point de vue il n’est absomument pas un antilibéral conséquent, puisque le libéralisme théorise la plus totale et absolue liberté d’établissement des marchandises, capitaux et... individus ! De ce fait, il est l’idiot utile de la ploutocratie transnationale prédatrice, de la super classe mondiale apatride, il est l’allié objectif des cosmopolites sans racines. On comprend mieux dès lors son ralliement au Traité de Maastricht qu’il vota en tant que sénateur, dont l’article 73 B institue :

"1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites."


3/ Son universlisme maçonnique fanatique est un danger, puisqu’il justifia par le passé son soutien au résolutions de l’ONU qui avalisèrent l’intervention des forces de l’Otan en Libye. Comme il est à la base en sa croyance irraisonnée (un comble le concernant) selon laquelle peut devenir français et respectueux des lois de la République quiconque mettrait les pieds dans ce pays, fussent-ils par millions en quelques décennies ! Il est grossièrement dementi par les faits mais en bon gauchiste il n’en a cure : son idéologie prime tout autre considération. 

4/ Accessoirement cette même croyance le pousse à refuser la déconstruction de l’Union européenne - qu’il a avalisé par le passé donc - par le truchement d’une sortie en bon ordre de l’Euro, qu’il a toujours récusée. Rappelons à cette occasion son intervention au Sénat lors du débat sur Maastricht, et qui met en évidence le fil conducteur de ses croyances poltiques, et no moins de ses échecs fameux :

« Si j’adhère aux avancées du Traité de Maastricht en matière de citoyenneté européenne, bien qu’elles soient insuffisantes à nos yeux, vous devez le savoir, c’est parce que le plus grand nombre d’entre nous y voient un pas vers ce qui compte, vers ce que nous voulons et portons sans nous cacher : la volonté de voir naître la nation européenne et, avec elle, le patriotisme nouveau qu’elle appelle. »


La messe est dite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe