jack mandon jack mandon 10 mars 2015 10:36


L’imagination fait de chimère, fantasme, rêve peut revêtir tous les maux pour la seule raison.

La raison réalité.

 Pourtant la puissance de l’imagination revêt deux aspects. Elle est trompeuse, illusoire mais elle induit sous la forme empirique et alimente la science, manifestant une connaissance extra-sensorielle ("Imagination is more important than knowledge", dit Albert Einstein.) 

Pour les rationalistes : imaginer, c’est céder à sa fantaisie au détriment de sa raison. Pour prouver l’emprise de l’imagination sur notre volonté, Montaigne rapporte dans le livre I des Essais des exemples de phénomènes que nous appellerions aujourd’hui psychosomatiques. 

Kant, comme Spinoza, prennent soin de

distinguer l’imagination du fantasme : elle reste un signe de la puissance de l’esprit humain si celui-ci est capable d’en discerner les pièges et les

illusions.

L’empirisme selon Jean Piaget, est l’une des grandes théories classiques de la connaissance. Il repose sur le postulat épistémologique selon lequel toutes les connaissances résultent de l’expérience. Chaque rencontre d’un individu avec son milieu imprime la forme du second sur l’organe des sens du premier (le milieu en question peut être interne à l’individu), ce qui assure une correspondance parfaite entre les connaissances et les propriétés du milieu.

Imagination et réalité se conjuguent et s’imbriquent


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe