alberto alberto 14 avril 2015 14:10

Salut Maïboroda,

Touchante histoire que celle de ces émigrés fuyant leur pays natal rarement de gré et souvent de force !

Mes parents et grands parent aimaient me raconter la grande courtoisie et le style de ces « princes » russes émigrés reconvertis en chauffeurs de taxis parisiens...

Moi, aimant dénicher les détails insolites, je m’étais étonné de trouver une église orthodoxe, tandis que je séjournais à Bizerte pour raisons professionnelles : la raison, telle ta corsitude, se trouve  !!!


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe