Asp Explorer Asp Explorer 9 janvier 2007 22:51

Et en pratique ???

Encore une fois, il y a les belles rêveries, et puis il y a la réalité des faits, permettez-moi de les explorer.

Supposons qu’il soit possible d’apprendre l’espéranto en un an, à raison de trois heures de cours, à l’école (nous ne discuterons pas cette optimiste vision des choses). Cela signifie qu’il faut recruter des professeurs en nombre suffisant, qu’il faudra payer en conséquence. Oui, mais combien ?

On peut supposer qu’il y a dans les écoles françaises 750 000 élèves par classe d’âge (je vous épargne le calcul), répartis par classes de 25. Un professeur peut s’occuper de huit classes, soient 200 élèves. Pour enseigner aux 750 000 bambins, il faudrait donc 3750 professeurs (plus des remplaçants, congés mat et autres, mais ne rentrons pas dans les détails)

Bon, c’est pas un problème vous direz-vous, en France, c’est pas les chômeurs qui manquent. Oui mais attention, il faut 3750 professeurs QUI PARLENT ESPERANTO !

Et là on en vient à la fatale question : combien y a-t-il d’espérantistes en France ? Difficile à dire, ils ne se compte pas. Toutefois, en supposant de façon très optimistes qu’il y a de par le monde 2 millions d’espérantistes suffisamment compétents pour enseigner, et que la France soit dans la moyenne en cette matière, une règle de trois nous indique qu’il y aurait, environ, 20 000 espérantistes français (écrit comme ça, ça a l’air impressionnant, mais c’est somme toute une assistance très moyenne à un match de ligue 1). Donc, pour que le plan Esperantulo pour la promotion de l’espéranto soit crédible, il faudrait qu’un espérantiste sur cinq soit disposé à devenir professeur.

Ce qui est peu probable, si l’on considère que pour la plupart, ils sont à la retraite depuis belle lurette.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe