Gasty Gasty 12 janvier 2016 09:45

« Le projet menace 1600 hectares de terres agricoles bocagères d’une biodiversité exceptionnelle. Le secteur où doit être transféré l’aéroport est un bocage humide, avec des haies sur talus, d’une grande rareté en France. Pendant 40 ans, du fait du projet d’aéroport, il a échappé à l’agriculture intensive, aux remembrements et aux engrais. »

Ce que je trouve stupéfiant, par chez moi se termine une quatre voie qui relie Rennes à Redon. Ce n’est pas rien si vous prenez la distance qui relie Rennes à Redon et le multiplier par la largeur de cette quatre voie. Je vous invite à faire le calcul de la superficie totale en hectares.
Et bien savez-vous que le long de cette quatre voie il y a quelques pancartes« Non à NDDL »« la terre aux agriculteurs ». Pour la quatre voie tous est OK ! Çà baigne...
Vous dites que pendant 40 ans c’est le projet d’aéroport qui a permis cette protection et cette diversité écologique ? C’est vrai, contrairement au lac de Grand lieu, réserve naturelle protégé qui visiblement ne mérite aucune attentions.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe