bakerstreet bakerstreet 24 mars 2016 12:43

@Abou Antoun
Bien vu. Le mieux c’est d’écrire pour la postérité, en laissant vos héritiers se débrouiller avec vos fautes d’orthographe. Vous êtes passé dans l’autre dimension, enfermé dans un autre livre qui ne jaunit plus.

Rien que du bénef : Pas d’efforts en dehors celui d’écrire, et pas de désillusion d’être refusé, pas de frais de timbres pour l’expédition ; tout est dans l’imaginaire !
Evitez de croiser Verlaine et Van Gogh, des gens dangereux et impulsifs. Pas besoin d’être un poète maudit et de se faire couper une jambe en Abyssinie.
Mieux vaut rester un bateau ivre, et motard que jamais.
Une saison en enfer, d’accord, mais climatisé. 
 On peut se faire un cinéma toute sa vie durant en pensant que ceux qui vous liront plus tard pédaleront sur la vague en lisant.... Ils enverront peut être tout à la poubelle mais vous n’en souffrirez pas !
Beaucoup de rêves et d’illusions me direz vous, mais ce n’est pas grave pour un romancier, bien au contraire, son travail se teint justement dans l’imaginaire et la conversion. Une lettre changée, et vous voilà dans la convention. Tout est gâché. Au fond mieux vaut tirer la chasse d’eau derrière soi, ou alors mettre les feuillets dans son cercueil, pour continuer ses mémoires d’outre tombe. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe