JMBerniolles 30 mars 2016 10:19
Je ferai une réponse un peu globale sur les points qui méritent l’intérêt.

* un article c’est une construction structurée et cohérente, avec un fil de raisonnement.... ici ce n’est pas le cas. Il y a un objectif : l’anti nucléaire avec les moyens habituels, le ressort de la peur, des informations manipulées, et même une espèce de couverture sociale qui vise à faire oublier que l’on milite pour la destruction de dizaines de milliers d’emplois.

* Il est bien évident que l’on ne va pas trouver dans nos médias aux ordres, donc anti nucléaire puisque le système dominant l’est, ni dans la mouvance anti nucléaire de notre pays qui se nourrit de mythes, l’échec patent de l’energiewende en Allemagne. C’est une des raisons qui amènent les responsables allemands de cette Katastrofe à essayer de détruire notre industrie nucléaire. Mais, il suffit de se renseigner outre Rhin, où le fait est reconnu. Quand de grandes entreprises comme Vatenfall, RWE, .... attaquent le gouvernement fédéral pour lui réclamer 19 milliards d’euros au titre des préjudices qui leur ont été causés par cette option énergétique, l’échec ne peut être caché.
D’ailleurs l’Allemagne a toujours des réacteurs nucléaires en fonctionnement pour près de 20% de sa production électrique.

* Cette situation extrême, insoutenable sur le réseau allemand, conduit l’Allemagne a littéralement déverser du courant électrique chez ses voisins : Pologne, principalement. C’est ainsi qu’est généré le courant à prix négatifs. Ce qui plombe le marché spot EPEX où le MWh est en ce moment autour de 30 euros, c’est sous les coûts de revient du nucléaire et du gaz notamment.

* L’EDF est devenue une vache à lait pour le gouvernement. (la liquidation de notre patrimoine national est une spécialité socialiste, notamment sous Jospin) Il y a eu la Loi Nome qui oblige l’EDF à céder gratuitement 25% de sa production électronucléaire, tout en assumant les frais : mise à niveau de la sûreté,..... Avec les tarifs de rachat où la CSPE et autres taxes ne suffisent pas pour éponger les rachats obligés des courants éolien et PV qui sont à un niveau exorbitant. 

* C’est la même cause que pour l’enrgiewende. Les problèmes de l’EDF ont commencé avec la politique des « green craps »....

* L’EDF n’a pas le pouvoir de définir ses tarifs. Pierre Gadonniex anticipant l’impact de la politique des EnR éolien et PV avait prévu une augmentation de 20% des tarifs clients dans un premier temps. Nous sommes plutôt dans le second temps.

Bref, en France, persister dans cette orientation qui conduit à la liquidation de notre industrie nucléaire, au creusement d’un déficit extérieur abyssal, va nous faire sombrer définitivement. La Grèce constitue malheureusement un exemple de ce qui peut nous arriver.













Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe