Pascal L 3 mai 2016 23:34

@Ar zen
Je suis allé voir le site de l’initiative, mais il me semble qu’il y a une confusion entre émission monétaire (les billets) et création monétaire (monnaie scripturale). Il s’agit bien de deux choses différentes. La création monétaire par la banque centrale peut se faire sans contrepartie car cette monnaie n’est pas réellement utilisée, sauf pour les quelques billets qui circulent encore. On peut dire que l’émission est régulée par la création. La création se fait avec une contrepartie qui est aujourd’hui la dette. Le problème n’est pas le fait que la création est faite par les banques, le problème vient de la contrepartie qui n’est constituée que de dettes et de plus ces dettes n’appartiennent qu’à des financiers. Pour chaque Euro qui circule, il y a un Euro de dette et dans les faits, les fuites ont fait que les dettes sont plus deux fois supérieures à la quantité de monnaie qui circule. Le remboursement est impossible.


Dans la présentation de la réforme, on ne comprend pas si on demande :
 1) à la Banque Centrale de reprendre le rôle des banques, mais pour que cela fonctionne, il faudra que tout le monde ait un compte à la banque centrale avec le risque de faillite de la banque centrale ou
 2) si la création monétaire est supprimée au profit de la seule émission. Dans la deuxième solution, il faudra mettre en place des contreparties à l’émission comme au temps des monnaies basées sur l’or et on retourne à la bonne vielle époque du troc. Le système des réserves fractionnaires existe tout de même depuis très longtemps, les assignats sous Louis XV sont un bel exemple de faillite avant l’invention de la création monétaire. S’il n’y a pas de réserves fractionnaires (il existe autant d’or à la banque que de monnaie en circulation), le système poussera les utilisateurs à garder cette monnaie et à ne jamais la faire circuler. Cela ne sera sans doute pas optimal.
 
Le vrai problème des monnaies reste la contrepartie de la création. Nous avons besoin de mettre en place des richesses qui nous appartiennent et non des dettes qui appartiennent à des financiers. Nous pourrions également faire une anticipation sur notre futur en créant de la monnaie en investissement sur les fonds propres de l’Etat ou des entreprises. Le cycle de circulation monétaire est ainsi mieux adapté au cycle de création de richesses. Ainsi, si vous investissez dans une école, la monnaie peut circuler jusqu’à ce que les élèves devenus adultes commencent à payer des impôts.

Il existe un autre problème avec la monnaie, c’est le tabou autour de son fonctionnement. Ce n’est jamais enseigné dans les écoles de commerce, à Dauphine, à Sciences-po ou à l’ENA à part quelques banalité complètement fausses comme la neutralité de la monnaie. Dans ces conditions, réformer son fonctionnement est un tour de force.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe