Jo.Di Jo.Di 24 juillet 2016 20:01

@jack mandon
 
Exact, le « sportif » free-branling est dans une compétition de paraitre capitaliste, de hiérarchie du « Code » qui s’établit via la consommation ....
 
ça rentre ds le loisir et l’obligation de « jouir » en consommant nature, aventure, jeux etc ....
 
la nature n’est réelle que pour le berger
.... pas pour le free-rider, le free-tourer etc (sémiologie free = la consommation rend libre) alors la nature est simulacre, décor, et le free-branler un guignol se la société du spectacle (bio, bobo nature) Les ours bardés de GPS ....
 
Et la femme moderne consomme de la « féminité » ; du « bien ds sa peau », du « je le veau bien », c.a.d une hiérarchie de « valeur d’échange corps », pas un plaisir pour soi classique recherche de féminité et de beauté. Le corps est devenu objet, objet de consommation pour, d’« investissement » pour la « hiérarchie de valeur d’’change » (et c’est aussi valable pour le cadre sup homme ...)
 
« Pour pouvoir être produite et consommée, la relation - comme les biens matériels [le bébé gpa acheté], comme la force de travail [la traite négrière Soros-Krupp] et selon la même logique [libérale-libertaire] - doit être ‘libérée’, ‘émancipée’ [torch of freedom : nom donné aux cigarettes pour libérer la consommation féminine].
C’est à dire qu’elle doit se dégager de toutes les conventions [par Purinement Sociétal des valeurs] et rituels sociaux traditionnels. C’est la fin de la politesse et de l’étiquette, lesquels sont incompatibles avec les relations fonctionnelles généralisées [du Marché, remplacées par la pornographie, la mode, et les rapports de force capitalistes, Sade l’avait prévu...]
La tolérance dans ce contexte n’est plus un trait psychologique où une vertu : c’est une MODALITÉ du système lui-même [un lubrifiant hypocrite gôôôchiste de l’enculage capitaliste]. La tolérance morale n’est pas plus grande qu’avant, on a changé de système, et on est passé à la compatibilité fonctionnelle [burqa où ras la touffe, neutres pour ce qui concerne leurs valeurs d’échange. Et le Capital industrialise le relationnel, fesses-boucs, meetic, pour en faire son langage] »

‘La société de consommation’ Baudrillard


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe