Gilles Mérivac Gilles Mérivac 4 octobre 2016 13:01

L’étude semble être fouillée et pourtant l’article contient davantage d’énumération que de réflexion. Il n’est jamais dit, par exemple, quels sont les ingrédients qui font partie d’une série télévisée intéressante par rapport à une série « à crever d’ennui », si bien que les goûts de l’auteur paraissent arbitraires.

Il est justement noté que les séries accompagnent et renforcent les évolutions sociales, jouant un rôle de caisse de résonance. A vrai dire, on ne voit pas comment il pourrait en être autrement puisque si l’audience diminue, la série est stoppée. Elles forment donc une histoire évolutive des mœurs qui serait intéressante à retracer, ce qui n’est pas fait ici.

Enfin, il y a trop de jugements péremptoires que je ne partage pas. Par exemple, je considère que les scénaristes américains sont généralement bons, il suffit de comparer les dialogues avec ceux de nos propres séries. Ils n’éludent pas les questions polémiques ou dérangeantes, par exemple dans 24h chrono, doit-on torturer quelqu’un pour arrêter un attentat à la bombe nucléaire ? Et ils ont le courage de mettre en scène les événements récents, par exemple avec la série Homeland.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe