Didier Barthès 2 novembre 2016 11:46

@gaijin

Bien sur, stricto sensu, vous avez évidemment raison, la fin de la nature signifierait la fin de l’homme avant même la mort du dernier animal. Toutefois pour l’instant, nous ne cessons d’être plus nombreux et les animaux (les grands) de l’être moins.

Il va y avoir une phase où nous serons presque seuls. Après, quelle forme prendra l’inéluctable effondrement des sociétés humaines et la reconstruction d’écosystèmes ? Ca bien entendu, je l’ignore.

Il est sans doute probable que la reconstruction d’une faune avec des animaux aussi extraordinaire que notre grande faune actuelle, ses prédateurs notamment, prendra du temps. Pour les insectes ou les poissons si l’on arrête de pêcher et d’empoisonner les écosystèmes cela pourrait aller assez vite. Ce sont des animaux qui se reproduisent très vite.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe