astus astus 8 mai 2017 17:29

Je dirai personnellement que ce deuxième tour opposait bien un homme qui a symboliquement épousé sa mère (une génération d’écart) avec une femme dont l’attaque permanente des liens évoque la perversion narcissique décrite par Paul-Claude Racamier, qui parle aussi de « délire dans le réel ».  Quant à la brouille violente avec le père elle montre l’importance des conflits familiaux qui sous-tendent le fonctionnement interne de cette famille, probablement sur un mode de transaction incestuelle (cf. Caillot et Decherf). La seule issue de secours étant alors d’ exporter de façon projective ses propres conflits dans la société pour s’en soulager intérieurement et échapper ainsi à l’effondrement psychique. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe