Cazeaux Cazeaux 10 août 2017 13:02

Ce qui est affligeant est qu’une fois encore, les médias se mettent à l’unisson pour parler de la conjointe du pdt sous une appellation qui nous vient droit des USA, sans le moindre commentaire critique, et mentant par omission ou amalgame. 


1. L’on évoque cette « Première Dame » comme si depuis le début de la Ve République, le terme et la notion qu’il recouvre avaient existé. En réalité, il a fallu attendre notre Bling bling assumé de Sarko, une fois remarié avec sa Carlita, pour que cette dernière soit désignée comme First Lady version France. Il n’en a jamais été question auparavant. Oui, nous dira l’Homme en Marche, mais de fait, la femme du Pdt disposait d’un cabinet personnel et d’importants moyens. Suffit l’hypocrisie et créons un statut officiel et transparent. Dans ce cas, pourquoi ne pas créer aussi, celui de Première Escort Girl de France pour désigner parmi les professionnelles en cheville avec l’Elysée, la préférée du maître des lieux ? En réalité, passer de l’ombre à la lumière avec un coup de tampon officiel change tout.

2. En la République française, qui a aboli les privilèges et coupé la tête de la Reine, l’on se met à glousser, comme des gens de Cour, des faits et gestes d’une soi disant Première Dame. Mais quel fondement juridique autorise que du statut d’épouse, ordinaire, de droit commun, celle qui partage la vie privée du Pdt se retrouve avec un statut dérogatoire qui fasse d’elle une personnalité au-dessus du commun ? 
Le Pdt bénéficie de pouvoirs en sa qualité d’élu du peuple. Ces pouvoirs seraient donc extensibles selon le bon vouloir du Prince ? Comment passer à côté de ce scandale, de ce mépris de la loi et des principes généraux de la République ? 
De surcroît, ce scandale en contient un autre : ainsi l’égalité devant la loi, principe inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme, aurait une limite. Une femme, du fait de partager la couche du Pdt, serait la première, en dignité et pouvoirs, de toutes les femmes de France ! 
Selon quelle logique compatible avec la loi, une telle supériorité peut-elle se justifier ? 

Personne ne s’en émeut et tout le monde, ou presque, se réjouit de parler de Première Dame, parfum de Cour, nostalgie des temps anciens, tout comme l’on se réjouit qu’un bonhomme se soit balladé dans l’espace au prix de 100 milliards qu’à coûté le projet. Et comme l’on se réjouit qu’un footballeur brésilien cousu d’or ait été acheté 220 millions pour le bénéfice d’image du Qatar ! Cela fait plaisir aux enfants et donne de quoi lire en attendant son tour chez son dentiste...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe