amiaplacidus amiaplacidus 1er septembre 2017 18:51

@Fergus
Bonjour Fergus,

L’année dernière, je fais une croisière fluviale sur le Douro au Portugal. Le paysage est magnifique, le fleuve est encaissé, entouré de montagnes en grande partie sauvages hors les régions vinicoles productrices de porto (ne parlons pas de la chaleur ...). Les crêtes bien exposées sont couvertes d’éoliennes et je dois dire que cela ne dépare pas le paysage, au contraire, cela apporte un petit quelque chose.
Dommage que je ne puisse pas mettre de photos pour appuyer mes dires.

Et une éolienne en fin de vie est totalement démontable en, au maximum 3 mois. Le site est rendu à la nature qui reprend totalement ses droits. En 2-3 ans on ne voit absolument plus qu’il y avait une éolienne.
Elle est fabriquée d’acier, de plastique et de béton, le tout recyclable à 100 %, sans parler des installations électriques proprement dites que l’on sait recycler depuis longtemps.
.
.
J’ai fait installer, il y a 4 ans, environ 32 m2 de photovoltaïque. J’en suis très satisfait et c’est une opération financièrement correcte, un taux de rendement d’environ 3 %. Et un retour sur investissement en une douzaine d’années.

J’ai payé, au total, et à l’installation, un peu plus de 20.000 € et c’était loin d’être le premier prix d’une camelote chinoise (mes panneaux sont made US, la même entreprise qui a fabriqué les panneaux de l’avion solaire, cette entreprise est maintenant en mains française, pour autant que l’on puisse dire que Total est une entreprise française).
Pour les installateurs, ill faut se méfier. Il y a passablement d’arnaqueurs dans le secteur. Je n’ai pas été démarché, c’est moi qui ait pris contact avec un installateur de bonne réputation et pérenne de ma région. 
Mes panneaux sont garantis sur facture 25 ans avec une dégradation de 10 % maximum des performances.

La pose a été faite en sur-toiture, cela a deux avantages :
1) Pas de remise en cause de l’étanchéité du toit, il faut simplement bien vérifier que les points d’ancrage sont largement étanchéifiés avec un mastic souple supportant les variations de température.
2) Le rendement des photovoltaïque diminue assez fortement avec l’augmentation de température, l’espace entre toiture et panneaux permet de refroidir ces derniers et d’augmenter le rendement-

L’inconvénient, indéniable, est le manque d’esthétique, dans mon cas, cela a peu d’importance : la toiture en question n’est visible que par un voisin qui était d’accord.

Dans des conditions climatiques relativement rudes (Haute-Savoie), je produit, en moyenne 8286 kWh par an et j’en consomme 4766 kWh (y compris chauffage par PAC, cuisson électrique, etc), je produits donc 176 % de ma consommation. Seul 4 mois sont déficitaires (novembre à février), les autres mois sont tous excédentaires.

Le photovoltaïque est donc une bonne solution, y compris dans un climat rude. Le problème, c’est le financement.
Une solution qui me paraît correcte, serait des prêts à taux zéro (éventuellement sous condition de ressource) pour la durée de vie de l’installation (25 ans), période durant laquelle l’emprunteur pourrait rembourser le prêt à l’aide des économies effectuées.. Mais encore faut-il en avoir la volonté politique et n’être pas soumis à des lobbies centralisateurs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe