Le Panda Le Panda 2 septembre 2017 17:29

@amiaplacidus
Comme je me suis engagé au vu des sources que les plus grands experts du monde possèdent actuellement je ne peux laisser circuler des informations qui ne reposent sur aucun spécialiste, ce qui n’est pas tout le cas de ce que je livre comme informations !

Si les modules renferment des matériaux précieux comme l’aluminium ou le silicium des cellules, d’autres tels que le tellure de cadmium menacent à la fois l’homme et l’environnement.

Les modules photovoltaïques ont une durée de vie relativement longue, entre 20 et 30 ans d’utilisation.

Les premiers panneaux photovoltaïques sont arrivés en fin de vie en Allemagne alors qu’en France, cela devrait être progressivement le cas dans les années à venir. Il est donc primordial de commencer à parler du recyclage de ces installations. Premièrement, les détenteurs de panneaux photovoltaïques sont des clients très soucieux de l’environnement. Un scandale des déchets pourrait avoir des répercussions désastreuses pour l’ensemble de la filière. Ensuite, le retraitement des déchets solaires offre la possibilité de récupérer des matériaux précieux. Cela signifie aussi que le recyclage et la possibilité d’une séparation pure des matériaux doivent être pris en compte dès la production.

En Europe, l’Allemagne, a une responsabilité importante car – et cela n’est pas négligeable – elle est l’un plus gros producteurs de photovoltaïque au sein de l’UE.

Le recyclage n’est pour l’instant soumis à aucune véritable législation

L’objet de la discussion en cours sur le recyclage des panneaux photovoltaïques porte essentiellement sur les cellules solaires à couche mince qui utilisent des semi-conducteurs à base de tellure de cadmium. Les métaux lourds en question sont soupçonnés de provoquer des cancers.

Courtoisement


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe