Djam Djam 22 septembre 2017 11:45

@microf
Oui tout à fait, mais nous ne pouvons pas totalement nous épargner une certaine auto critique nécessaire... s’ils agissent ainsi, à l’encontre et au détriment total de l’intérêt commun, c’est que nous avons relâcher notre vigilance.


La modernité a cela de pervers c’est qu’elle apporte un tel confort, essentiellement pratique, qu’elle nous endort. On finit par perdre jusqu’à notre propre instinct de survie et constatons, si l’on est honnête, que nous avons aimé être caressés dans le « bon sens » du poil, nous avons aimé croire que l’après guerre qui ouvrit la déferlante de l’american way of life serait forcément une vie chouette. 

Nous n’étions pas habitués à réfléchir comme il convient, nous n’étions pas non plus habitués à voir surgir des traitres à la tête du pays, traitres qui allaient progressivement détruire nos fondations sociétales et nos valeurs philosophiques saines.

Un avantage malgré tout au merdier dans lequel on nous maintient : c’est indéniablement une circonstance qui devrait, en principe, nous obliger, ainsi que nos enfants, à reprendre notre destin en main et à agir en conséquence. Mais... le ferons-nous ? N’avons-nous pas déjà trop intégrée la peur et l’angoisse savamment orchestrées par nos « gouverneurs » malfaisants ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe