L'enfoiré L’enfoiré 9 octobre 2017 14:22

@Le Panda,

 Là, encore une fois, je me suis amusé à te lire.
 Faut pas t’exciter à écrire et à répéter parce qu’il y a des fautes de frappes.
 Prend le temps de faire les choses. Ne soit pas impulsif.
 Je ne vais pas laver le linge sale en famille.
 Menteur, je suis, menteur, je reste. Pas de problème.
 Prouve ce qu tu veux, je peux aussi te prouver des choses qui se sont dites après mon départ. par certaines personnes que tu connais.
 Je t’ai demandé si tu avais des nouvelles de Bertrand alias Sun Tsu.
 Comme dab, tu as fait semblant de rien.
 Ah, oui, il y a eu chez toi, une foule de personnalités pour y dormir. J’ai des relations mondaines, j’ai des relations... Tu connais la chanson.....
 C’est bien connu en psychologie, quand tu veux te remonter à un certain niveau il ne faut pas dire que tu connais le citoyen lambda rencontré dans la rue..
 Les conversations téléphoniques, longues à souhait, à n’importe quel moment de la journée, j’en ai eu marre. Çà c’est vrai.. Tiens comment va ta compagne de l’époque ? J’ai encore un photo si tu ne te souviens pas de qui je parle.
 Tes collaborateurs qui se faisaient engueuler de manière abusive et que j’entendais au téléphone en attendant leur fin.... je m’en souviens.
 Mais comme disait Gerra, qui imitait Sarkozy, ’je ne vais pas dire du mal« en soulevant une épaule.
 Te rends tu compte que tu pompes parfois l’air de certains avec ton goût de l’emphase et de ta volonté d’être toujours là pour ajouter ton grain de sel, de poivre ou de sucre ?
 Nous nous sommes rencontré à Clermont...
 Monsieur avait son match à voir avant à la télé, j’ai pu attendre
 Je suis un menteur, oui, mais avant l’heure c’est pas l’heure, après l’heure, c’est plus l’heure.
 Mes amis, je les choisis sur le volet. Je ne suis pas du tout un séducteur et cela tu peux le confirmer à encenser le premier venu en le caressant dans le sens du poil.
 Je suis un fana de la psychologie. C’est à dire que j’étudie mes interlocuteurs avant de donner ma confiance. Un système de bonus-malus se met en branle.
 Je suis d’un pragmatisme dont tu ne peux pas imaginer.
 Cela doit être un reliquat de ma vie d’informaticien pendant laquelle j’ai exercé aussi du management mais d’une toute autre manière.
 Motiver ses collaborateurs, ce n’est pas en restant derrière eux à leur donner le pain et l’eau mais en leur laissant le choix de chercher comment le manger ou le boire. et ne venir à la rescousse que quand ils appellent mais jamais au forcing.
 Quand on fait du management, on est toujours seul entre deux feux comme je l’ai écrit avec humour en parodiant ou plutôt en complétant le livre de notre économiste  »Une semaine en nuances vert de gris« ou »Il y a management et manageur".
 Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais.... voyons, faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages.
 Aujourd’hui, ce n’est plus travail qui paye, ce sont les idées neuves pour éliminer ce putain de travail.
 Oui, j’ai hésité à entamer un nouveau dialogue... chat échaudé, craint l’eau froide.
 Je suis à plaindre, j’adore être à plaindre, solitaire, mais pas ermite avec l’humour qui fait partie parfois sarcastique ou hilarant à enfoncer les portes ouvertes .. smiley
 

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe