doctorix doctorix 5 octobre 2017 17:38

@njama

Après avoir lu des dizaines d’ouvrages pendant huit ans, consacré des centaines d’heures à la lecture d’articles sur les vaccins, je suis arrivé à la conclusion que cette propension à vacciner et à se faire vacciner tous azimuts est le résultat d’une intoxication mentale collective, fondée sur l’exploitation de la peur.
Cette peur qui est maintenant bien ancrée aussi bien chez les candidats à la vaccination que chez ceux qui vaccinent, comme un poison qui obscurcit leurs facultés mentales.
S’il fallait donner une preuve que les vaccins ne sont pour rien dans la baisse de mortalité par rapport aux maladies concernées, il suffirait de constater que la mortalité liée à toutes ces maladies avait baissé de 99% lorsque les vaccins correspondants sont arrivés sur le marché, et on peut le prouver, que ce soit pour la rougeole, la coqueluche, la polio...
Que dire aussi du sacro-saint vaccin anti-tétanique, rendu obligatoire dès 1940, mais qui a vu la mortalité par tétanos parfaitement stable pendant 25 ans avant qu’enfin elle ne régresse pour d’autres causes ?
Vieille maladie de l’homme, de se prendre pour Dieu, de penser qu’on fera mieux que lui, alors que nous sommes dotés d’un système immunitaire qui nous a fait traverser les millénaires, pour peu qu’on ait un peu d’hygiène et qu’on soit bien nourri !
Les promoteurs des vaccins ont fait croire que leur production était responsable d’un phénomène pourtant parfaitement naturel : la disparition spontanée du caractère mortifère des épidémies, que ce soit par l’effet du temps ou des progrès de l’hygiène et de la nutrition.
Madame Buzyn a eu toutes les peines du monde à nous trouver moins de dix décès par la rougeole en dix ans, dont on ignore même le statut vaccinal des victimes, et si elles étaient porteuses ou non de déficit immunitaire (ce qui est probable, la rougeole étant essentiellement une maladie bénigne).
Mais que dire des 15% de non-vaccinés en France (120.000 nouveaux enfants par an, tout de même), et qui n’en sont ni morts ni blessés ? 
Et faut-il polluer le corps de 800.000 nouveaux enfants chaque année pour éviter 1 mort par an ?
Conclusion (provisoire) : mettez votre peur de côté, elle vous paralyse le cerveau. Et reprenez le contrôle de votre esprit, qu’on manipule honteusement.
Lisez, lisez encore, lisez toujours : mais pas seulement les notices.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe