Bruno Jean PALARD Bruno Jean PALARD 4 octobre 2017 22:38

@Ruut

« Vaccin Oui mais uniquement si propre (...) »

Même pas...

La croyance en un quelconque « bienfait » apporté par la pratique nommée vaccination disparaît à mesure que l’hygiène collective, la prise en charge et les soins aux malades sont améliorés par les progrès de la science.

Dans l’histoire de la médecine prophylactique, ce n’est pas la première fois qu’un tel évènement se produit : rappelons-nous entre autres les grands feux d’Hippocrate réputés purifier l’air et prévenir les épidémies de peste, la thériaque d’Andromaque dont l’usage préventif fut condamné par Avicenne au 10è siècle ce qui valut sa disparition, et, plus proches de nous, les saignées, purges et autres lavements, panacées aux 16è et 17è siècles mais disparues au début du 19è siècle.

Et puisque ce n’est pas la première fois qu’une telle disparition se produit, ce n’est pas non plus la dernière...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe