Massoumeh raouf mahsomeh raouf 15 octobre 2017 15:53

Je ne connais ni Njama ni Christian Labrune. Pourquoi tant de virulence dans leurs propos à la lecture de ce témoignage vécu ? Il ne prête pas à controverse. L’auteur a le courage de présenter un cas particulièrement douloureux parmi des dizaines de milliers d’autres, comme elle l’écrit. Car les victimes torturées et exécutées n’ont pas d’autres voix que celles des survivants qui parlent pour tous les morts des conflits gigantesques qui, par leurs ramifications, couvrent le monde entier.

Faisons la paix en nous-mêmes pour être en mesure de la faire avec les autres. Elle aussi se propage dans le monde. Elle doit être relayée avec conviction car elle est possible si individuellement nous y mettons du nôtre.

« Là où est la haine, que je mette la paix ... » ’Saint-François d’Assise


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe