Ciriaco Ciriaco 30 décembre 2017 19:48

@alinea
Oui, c’est aussi cela qui est dit par le poète. Lorsqu’il y a une belle lune, je m’assois sur un de ces bancs en ville. Parfois un jeune, sachant à peine parler, me demande une cigarette. Je lui propose toujours quelques mots, rares sont ceux qui s’assoient. Dans les yeux de certains, il y a une peur incroyable, dévastés. Comme ses enfants qui ont connu la guerre et qui serrent les dents et les poings dès qu’un regard se pose sur eux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe