Philippe VERGNES 9 février 2018 11:56

Bonjour LLS,


« De la (peu) surprenante paranoïa des élites »... évidemment.

J’aime à citer C. G. Jung qui disait : « Lorsque tout va bien les fous sont dans les asiles, en temps de crise, ils nous gouvernent ». Depuis plus de dix ans que j’écris des articles de vulgarisation sur cette problématique, j’ai pu constater une certaine prise de conscience, un peu à la façon dont Schopenhauer la décrit : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »

Attention toutefois à la distinction à faire entre paranoïa et paranoïde : « D’où ce véritable complotisme paranoïde du fake-news dont nos « élites » semblent saisies. »

Non, non : « ce véritable complotisme paranoïaque du fake-news... »

Le paranoïaque génère des états paranoïdes chez autrui. Ainsi, les paranoïaques qui se disent anti-complotistes provoquent des états paranoïdes chez les lanceurs d’alerte qu’ils jugent complotistes. La différence entre les deux est importante. Sous certaines conditions et dans certains contextes, on sort relativement « facilement » d’un état paranoïde (il suffit de couper le lien avec le paranoïaque) alors que le paranoïaque l’est généralement à vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe