Philippe VERGNES 6 mars 2018 13:49

@ Mélusine ou la Robe de Saphir,


« La manipulation perverse aujourd’hui m’intéresse surtout au niveau politique et sociétal,... »

C’est exactement l’objet de mes recherches et les raisons pour lesquelles j’ai fini par intégrer un groupe théorico-clinique animé par le Dr J.-.P. Caillot (l’un des successeurs de Racamier avec lequel il a été le co-fondateur du CPGF). C’est au départ la totale absence de bon sens de nos dirigeants qui m’a entraîné (« poussé »), il y a de cela vingt cinq ans, vers ce type de recherches. Et depuis le temps, si j’en avais eu les moyens, j’aurais déjà depuis longtemps toutes mes « accréditations » en matière de criminologie. (Invité depuis des années à valider mes compétences en suivant les cours du Dr qui est à l’origine du premier diplôme de criminologie en France, je n’ai, pour l’heure, jamais eu les ressources pour me lancer dans cette formation, mais je ne renonce pas pour autant.)

« ... même métaphysique et artistique. »
L’histoire de la « manipulation » de l’art et par l’art serait à développer, car elle est pour moi évidente. Elle a pour fonction d’agir sur le registre symbolique et donc celui de nos représentations. Il est notoire pour qui sait observer que cette manipulation est de nature perverse (ex. l’affaire du plug anal exposé place Vendôme). Etc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe