microf 23 mars 2018 15:44

@moderatus

Bonjour mon cher @moderatus
Voici un document très édifiant du journaliste Faibrice Arfi de mediapart que j´ai trouvé, sur l’affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy : « On parle quand même de la corruption de la démocratie française ». J´aimerai avoir votre avis.

« l´affaire dite »des financements Libyens " est une affaire hors normes qui n´est pas comme les autres, parceque á la corruption s´ajoute aujourd´hui la guerre dont nous documentons qu´elle a été déclenchée sur la foi d´un mesonge. En un mot, nous sommes face, je crois, á la plus grave affaire de la Vème République et même de celles qui l´ont précédée. Nous avons pu documenter en 6 ans d´enquête, une histoire sécrète des relations franco-libyennes qui est très loin de la légende officielle, oú l´on découvre des compromissions financières farmineuses c´est la corruption, des compromissions politiques, rappelez vous l´accueil de Mouammar Kadhafi á Paris en décembre 2010. Un accueil somptuaire, somptueux, comme aucune démocratie ne l´a jamais offert á Mouammar Kadhafi c´est une forme de rembourssement symbolique de tout ce que monsieur Kadhafi a fait pour monsieur Sarközy et seulement 3 ans et demi après, seulement 3 ans et demi après la guerre et la mort jusqu´á l´assassinat de Mouammar Kadhafi. Entre toutes ce bornes chronologiques, tous ces évènements il ya l´histoire, peut être la plus hideuse de la Fance d´un naufrage francais qui a sacrifié ses valeurs sur l´autel des l´argent sale et de la raison d´état oú l´on découvre qu´il ya á la fois les billets de les bombes. Le volet financier de l´affaire Libyenne c´est, la faveur d´une élection Présidentielle, d´énormes circuits d´argent occultes, noirs, d´argent sale, qui circulent entre Paris et Tripoli. Ce qui est fou dans cette histoire, c´est qu´il n´ya pas un jet de corruption.. Il ya des valises, il ya des virements qui passent par des comptes offshores dans des pays les plus opaques de la planète pour que les juges et les policiers aient le plus de mal á retrouver la tracabilité. Je vous donne un exemple qui est très bavard. Claude Guéant qui était directeur de campagne et directeur de campagne de Sarközy en 2007, le temps de la campagne électorale, nous le racontons dans le livre a, dans le plus grand secret, ouvert une chambre forte á l´agence de la BNP Opéra. Il s´y est rendu 7 fois. Une chambre forte qui était tellement grande qu´on pouvait y entrer debout. La chambre forte devait servir á protèger des discours de Nicolas Sarközy qui étaient en fait disponibles sur l´intranet de l´équipe de campagne. Parallèlement, on découvre que la campagne présidentielle a été un gisement d´espèces, mais oui un gisement d´espèces. Il ya eu énormément d´espèces pendant la campagne. Bon, bizzarement les enquêteurs ont eu un peu de mal á croire que le coffre fort de Claude Guéant abritait seulement du papier supportant des discours. Peut être qu il abritait du papier qui supportait des valeurs monétaires. Ce qui rend cette affaire proprement hors normes, extraordinaire au sens premier du terme, c´est que ´il ya non seulement eu la corruption d´une démocratie par une dictature pour une raison simple, c´est que la dictature voulait retourner dans le concert des nations, voulait arrêter d´être un État paria, un État jugé comme terroriste jadis et que pour ca, elle était prête á donner beaucoup d´argent. Mais á ca s´ajoute une guerre dont nous documentons aujourd´hui comment elle a été déclenchée sur la foi d´informations fausses, d´informations erronées. Je vous donne un exemple on a dit á l´époque, ca a fait le tour du monde, que Mouammar Kadhafi bombardait, avec son aviation Benghazi. Cette scène n´a jamais eu lieu, cette scène n´existe pas. Mouammar Kadhafi dans cette histoire, n´avait que deux issues possibles : mort ou mort, et c´est ce qui s´est passé Kadhafi a été condamné par la France, par ses alliés, parcequ´il était devenu quelqu´un vis á vis de la France pour des raisons que j ai dit tout á l´heure, notamment l´argent mais pas que, et puis pour le reste de l´Occident quelqu´un qu´il ne fallait plus avoir en vie et qui aujourd´hui, de fait, ne peut plus témoigner. C´est une histoire, je crois inouie dans les annalles de la République, qui est parsemée aujourd´hui de disparitions suspectes, de témoins qui meurent accidentellement, il ya une épidémie de morts accidentelles dans ce dossier, de gens qui étaient au coeur des financements ocultes. Nicolas Sarközy n´a pas encore été entendu d´autres acteurs du dossier n´ont pas encore été entendus. L´avenir prend du temps parfois, á fortiori quand on a plus de moyens d´enquête dans l´Institution judiciaire et donc le dossier suit son cours".


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe