Pierre Régnier Pierre Régnier 29 mars 2018 18:48

Il y a une quinzaine d’années, lors des négociations pour la création du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) les négociateurs musulmans ont refusé de rejeter la peine de mort pour apostasie (pour le musulman qui quitte sa religion) : C’est pour nous comme une composante sacrée de notre religion, ce n’est pas modifiable...

Les négociateurs de l’État français auraient dû répondre : Soit. Vous avouez vous-mêmes que votre religion est criminogène et doit le rester. Elle est donc incompatible avec notre république et avec les Droits humains. Nous cessons immédiatement les négociations, et le gouvernement va fermer les mosquées...

Au lieu de cela la réponse étatique (« laïque » !) fut : Bon. Laissons ça de côté et continuons à négocier pour consolider l’islam en France avec la création du CFCM... Et les mosquées n’ont, depuis, cessé de se multiplier.

Aussi, chaque fois qu’un musulman fanatique assassine en France au nom de son Dieu « le plus grand » la responsabilité gouvernementale est évidente.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe