velosolex velosolex 12 avril 2018 12:30

@Mélusine ou la Robe de Saphir.
Une bien belle photo illustrant un métier très noble, celui mythologique de forgeron.

Enfant, je passais hypnotisé devant une forge, où les derniers chevaux venaient se faire ferrer. Par bonheur, j’ai vécu ensuite près d’un haras. Me voilà de nouveau, est ce un signe, près d’un vieux site de métallurgie, aujourd’hui éteint, mais dont les chevaux forment au milieu des rochers ronds des formes conséquentes, et rassurantes, au milieu du chaos du monde. . Le prés derrière la maison abrite trois gros percherons qui dévisage le monde, inertes de leur force qui n’est plus exploitée
J’ai vécu longtemps, enfant près de mon père cordonnier, allongé dans une caisse de carton, au milieu ces pièces de cuir et des odeurs de colle. 
C’était une sainte liturgie, une avance du paradis. Mon père qui n’était guère savant, au sens de l’académie, possédait pourtant un vrai savoir et une pensée. Dans son atelier désordonné, mieux que sur un divan, les gens se révélaient, à la façon dont ils marchaient. 
Un paysan, un cordonnier, un policier, n’ont pas sur terre le même angle de gravité. 
La marin marche sur le coté, le curé marche en dedans. Ainsi le parfum des souliers, livre au cordonnier, des non dits et des secrets de lits, que même un médecin des corps ignore. 
Serait ce pour cette raison que les cordonniers gagnent infiniment mieux leur vie que ces pauvres carabins, obligés de fréquenter le secours populaire pour s’en sortir !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe