Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 avril 2018 09:49

@ZenZoe
J’utilise le mot « racisme » dans un sens non littéral qui inclus sans doute ce que vous appelez une « dénonciation du communautarisme ». Je ne peux pas pour chaque article que j’écris préciser ce point de vocabulaire. Je fais un copier/coller à partir d’un autre article.

"Mais au préalable, il nous faut apporter quelques précisions à propos du vocabulaire que nous employons. Nous avons en effet parlé de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie... Ce sont des termes mal définis. Même le mot "juif” est diversement interprété. Pour nous, les juifs ne sont assurément pas une race puisqu’ils ont des origines ethniques et culturelles tellement variées qu’il est même problématique de parler d’un “peuple juif”. Les juifs sont notamment composés de sémites qui sont implantés depuis plusieurs millénaires au Proche Orient et qui parlent l’hébreu, de sérafades qui parlent une langue proche du castillan du XVIème siècle, de berbères qui parlent le tamazight, d’arabes du Yémen qui parlent un hébreu plus proche des textes anciens que celui des sémites, d’ashkénazes probablement descendants des khazars qui parlent le yiddish. Ceux qui essaient de trouver une signature commune dans l’ADN des juifs perdent leur temps. La définition de ce que sont les sémites n’est d’ailleurs pas aisée. Rare sont ceux qui les définissent encore comme les descendants de Sem, fils de Noé, ainsi que le voudrait la légende de la Thora et de la Bible. Puisque les juifs ne sont pas exclusivement des sémites, le terme « antisémites » est inapproprié et on ne devrait pas davantage parler de race et donc de racisme à propos de l’incitation à la haine des juifs. On ne peut définir ce que sont les juifs qu’en référence au judaïsme mais on se heurte alors à une difficulté supplémentaire puisqu’il est admis que certains juifs sont athées. Nous définissons les juifs comme étant à la fois ceux qui pratiquent le judaïsme et ceux qui sont athées mais qui ont eu des ancêtres pratiquant le judaïsme et qui y restent attachés par la culture, les traditions et la mémoire. Puisque rien n’est simple, ajoutons aussi que nous devrions récuser les termes comme anti-juifs ou anti-musulmans car les athées qui sont, par définition, anti-religions sont tout à la fois anti-juifs, anti-chrétiens et anti-musulmans. Ce qui est interdit et condamnable, ce n’est pas d’être contre une religion, c’est d’inciter à la haine contre une communauté religieuse. Pour finir, tordons le cou, à tous les termes qui finissent par « phobie » comme islamophobie ou homophobie. Rappelons que les phobies sont des troubles psychologiques assez mineurs qui se traitent souvent par des psychothérapies. A l’évidence ceux qui sont désignés comme islamophobes, par exemple, peuvent éventuellement être considérés comme des fous furieux mais personne ne préconise de psychothérapie pour les soigner. Bref ! Vous l’aurez compris : nous employons souvent, comme raccourcis de langage, des termes impropres mais qui sont consacrés par l’usage dans une interprétation non littérale."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe