oncle archibald 26 avril 2018 12:38

« Lundi 9 avril les flics ont expulsé et détruit la ferme des 100 Noms sans raison. »

Depuis le 17 janvier, en gros depuis trois mois, les plus hautes autorités de l’état avaient annoncé en même temps que l’abandon du projet d’aeroport, leur intention de régulariser la situation de tous ceux qui ayant un projet agricole sur le site feraient une demande pour qu’une solution d’occupation légale soit trouvée.

Les agriculteurs de la ferme des 100 noms avaient un véritable projet et entraient parfaitement dans le cadre, mais non, ils n’ont pas voulu. Ce serait sans doute trop dégradant de se conformer aux lois de son pays et on préfère en découdre avec les gendarmes.

La vie est un choix perpétuel comme disait mon père. Ils ont choisi de rester dans l’illégalité, les gendarmes ont démoli les constructions édifiées sans permis sur des terres appartenant à autrui. Je ne vois absolument rien d’anormal à cela. Les « 100 » sont des « marginaux » qui ont cru qu’ils feraient reculer l’état mais ça n’a pas marché.

A leur décharge on peut donner en exemple toutes les reculades de l’état devant des agitateurs professionnels dans le passé. Ils ont du penser : pourquoi ce qui s’est fait hier ne pourrait il pas se refaire demain ? Emanuel Macron et Edouard Philippe avaient clairement annoncé leurs intentions, mais oh miracle, contrairement à leurs prédécesseurs, il ont fait ce qu’ils avaient dit qu’il feraient. Je comprends la surprise des « zadistes » ! Ceux qui avaient vraiment envie de rester sur la zone pour la cultiver ou y élever des animaux doivent peut être regretter quelque chose.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe