titi 9 mai 2018 15:15
@L’auteur

Dans la notion de riche, il y a beaucoup de fantasmes : le riche finalement on ne sait pas très bien qui il est, on sait juste que, lui, il a la belle vie le salaud !

Du coup c’est facile pour les leaders politique de l’utiliser : 
le riche ? il a la belle vie, mais il ne la mérite pas contrairement à toi, cher électeur.
le riche ? il se la coule douce, alors que toi cher électeur tu trimes pour peanuts.
le riche ? il est vraiment trop riche s’il était moins radin tes lendemains chanteraient cher électeur.

Et surtout : le riche ? c’est l’autre bien sûr !

je lis qu’il faudrait prendre en compte le patrimoine et pas le revenu ?
C’est débile. Si je travaille, j’habite et je vis dans un 100m2 dans le 8ème, qu’est ce que j’ai de plus que de travailler, habiter, et vivre dans un 100m2 à Guéret ?

La vérité c’est que personne ne définira le riche.
Mme Royale avait tenté sous Jospin de plafonner les allocations familiales pour les riches : les riches c’était 3000 euros par mois. Mais oups...ca désignait comme tel les profs agrégés, son fond de commerce, donc rétropédalage....

Définir le riche, cela signifie le désigner et donc le recenser et par la même se rendre compte des la débilité des discours économiques qui le désignent comme « cible ».

Personne n’en prendra le risque.






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe