Antoine 8 mai 2018 16:23

@astus
Jean Kein nous a rappelé ce vers de K Gibran , « Vos enfants ne sont pas vos enfants... », mais cela relève de mon point de vue d’un idéalisme béat qui nie la réalité humaine dans laquelle le bébé, au départ est tout à la mère et que le père doit conduire à l’autonomie par l’éducation. L’individuation est un processus qui ne peut être décrété mais qui doit être vécu. 

Ma position est plus du côté du pater famillias à la romaine dans laquelle le père de famille à droit de vie et de mort sur sa maisonnée. Les parents ont un devoir d’éducation et il n’est pas question de leur ôter cela.
Maintenant, si l’on veut lutter contre les violences faites aux enfants, il ne faut pas s’attaquer qu’aux mutilations sexuelles, qui sont, en France du moins, un problème tout à fait marginal. Quand on met un enfant à la crèche à 3 mois, c’est une violence. Une violence psychologique bien aussi grave que l es mutilations sexuelles. Quand on met un enfant à l’école à trois ans pour l’enrôler dans la république c’est aussi une violence qu’il faut combattre. Combattre ce que l’on fait au corps sans voir le mal que l’on fait à l’esprit, c’est à mon sens passer à côté du problème.
Il n’y a pas de droit au corps qui tienne, ce qui compte c’est le devoir des parents, devoir dont la circoncision est une marque. Le devoir d’assurer la sécurité et le bien être du tout petit, puis l’éducation de l’enfant, c’est à dire de lui imposer règles et disciplines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe