Méduse Méduse 9 mai 2018 14:01

@ arthes

C’est un postulat, une sorte de carte magique qui explicite tout. Je n’y souscris pas personnellement et tient ça comme une superficialité ; mais comme je vois mes interlocuteurs enfermés là-dedans, que j’ai moi-même été longtemps enfermé dans cette conception ...criarde, donc je fais comme si je lui accordais une certaine valeur. Pour être juste, l’Oedipe est une conception partielle, partiale et parcellaire*. Le travers de Freud, c’est de ne jamais avoir mis en question la Morale (ce que Nietzsche a fait) et déterminé pourquoi je pense ce que je pense. Parce que Freud,que je n’apprécie pas humainement, est toujours soupçonneux avec l’autre mais jamais le concernant. Exemple typique ? Les rêves sont des satisfactions de type égoïste et prosaïque, sauf pour lui et son chapeau de verre où il rêve de grandes choses, sa psychanalyse farce, etc.

Antoine fait allusion aux Trobriandais plus haut mais il se trouve que justement cette peuplade vit dans l’ignorance du concept père. Dans leur conception, la mère donne ses faveurs sexuelles à un homme, qui lui est dévolu à vie (monogamie) et le sperme est juste vu comme un fluidifiant aidant à avoir une sexualité épanouie. De surcroît, leur sexualité étant plutôt licencieuse, sans frustration, culpabilité, etc, comment pourrait-il y avoir un complexe d’Oedipe dans tout ça ? Les Trobriandais vivant en partie sous le mode matriarcal typique, avec l’autorité dévolue à l’oncle maternel sur l’enfant, en lieu et place du père, Freud en déduit qu’il y a Oedipe (in ’Totem et tabou’, si je me souviens bien)**. Sauf qu’il n’y a évidemment pas coucherie entre oncle et mère (inceste lié à l’identité similaire) et par conséquent pas rivalité entre père et fils.

Plus largement, je rejette absolument le lien entre l’Oedipe mythologique et Freud parce que l’interprétation de ce dernier est un total contresens. L’histoire d’Oedipe, ce n’est pas une histoire de quéquette et de meurtre (le bien, le mal), c’est une tragédie de la Connaissance par delà le bien et le mal.

*l’oedipe existe dans la culture judéochrétienne et vraisemblablement dans le mode patriarcal. C’est en fait un précipité, une conséquence liée à la structure (= organisation sociale via les relations jugées incestueuses dans un but d’objectivation des pulsions). Mais ce n’est pas du tout une cause.
Chez Hésiode, dans la Théogonie, on trouve ce vers qui m’a frappé : ’l’Homme, la race maudite par excellence, parce qu’elle a la haine du père chevillée au corps’. 

**Freud n’a pas parlé des Trobriaindais mais du mode matriarcal répandu chez plusieurs peuplades où l’oncle maternel exerce l’autorité sur l’enfant.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe