Trelawney Trelawney 23 mai 2018 09:56

L’heure n’est donc plus aux exportations de matières premières. Par exemple, si les prévisions de l’OPEP pour 2018 s’avèrent fondées et que le baril tourne, cette année, autour des 65 dollars en valeur nominale, cela amènera le prix du pétrole à 55 dollars en valeur de l’année 2009, soit un niveau en valeur réelle sensiblement inférieur à celui de la Grande Récession.

Dans ces prévisions, il existe une part d’incertitude qui est généralement difficilement identifiable. Seulement un Trump qui a une politique uniquement orientée vers son électorat bouleverse les prévisions. En s’attaquant au Venezuela de Maduros et aux accords sur le nucléaire iranien, ce Trump a incité ces deux pays à bloquer leurs exportations de pétrole et faire ainsi monter les cours. Le baril est ainsi passé en 2 mois de 50$ à 80$ pour à la rentrée se trouver à 100$ le baril (litre d’essence à 1.75€). En prévision, Trump relance à tout va les forages dans son pays faisant craindre de belles catastrophes écologiques au Texas, en Louisiane et Alaska. On verra si avec des niveaux de prix pareil, la Chine et l’UE ne vont pas s’approvisionner au Venezuela et en Iran, relançant ainsi l’économie de ces deux pays au détriment de la politique américaine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe