exocet exocet 5 juillet 2018 21:25

Leur avocat

Une rentabilité financière de 260 000 euros

Car depuis, la rentabilité du domaine Pedres Blanques semble acquise : le vin de Rié et Hirofumi Shoji, star incontestée du dernier salon Indigènes consacré aux vins « nature » (à Perpignan, les 29 et 30 avril dernier), voit ses prix s’envoler pour atteindre actuellement 26 euros le flacon. Avec une production de 10 000 bouteilles écoulées principalement à l’export (au Japon chez Ken & Yuki, en Australie via la société d’import-export Andrew, aux USA par l’intermédiaire de Wasserman, en Suède, etc.) et dans les restaurants gastronomiques et bars à vins hexagonaux.

« Avec 75% du nouveau millésime 2018 déjà réservé, ils devraient atteindre une rentabilité financière de 260 000 euros cette année », se réjouit maître Codognès. Une perspective qui pourrait panser les plaies dont sont l’objet ces jeunes vignerons trentenaires. Diplômés de l’Université de Dijon (en œnologie pour Rié, en gestion de domaine agricole pour les deux), les Shoji avaient, à partir de 2011, entamé un véritable compagnonnage vigneron en se formant à Bordeaux et en Bourgogne (à Chambolle-Musigny chez Jacques-Frédéric Mugnier, à château de la Tour Figeac, grand cru classé de Saint-Emilion, etc.). Avant d’approcher le rêve en Roussillon… et que ce rêve ne vire à la très mauvaise farce.
Une pétition a été mise en ligne pour interpeler le Préfet des Pyrénées-Orientales et empêcher l’expulsion de Rié et Hirofumi Shoji, voir en suivant ce lien.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe