jjwaDal jjwaDal 26 juillet 2018 20:05

Le phénomène semble bien réel (on le sait pour l’abeille domestique) et les causes sont multiples, on le sait aussi. On omet souvent de mentionner la dégringolade massive de la biodiversité sur de très grandes surfaces, en raison de l’usage massif des produits phytosanitaires et des choix de plus en plus limités de culture.
Or la biodiversité végétale est la clé de la biodiversité des insectes et de leurs prédateurs naturels. On a tout fait péter, les refuges naturels, l’alimentation varié et en plus on les empoisonne. On récolte ce qu’on a semé.
Coluche le disait souvent : « il suffirait que les gens les achètent pas pour que ça se vende pas... ». Et oui, le rayon des jardineries est plein de ces produits miracles, plus imbéciles les uns que les autres. Tout le monde parle d’écologie, peu pratiquent. Par ex, si tout le monde passe au bio, mécaniquement l’épandage en pleine nature dégringole. Au-delà, les espaces vert des municipalités doivent ne pas être traiter et servir abri et couvert à la flore et la faune expulsées de nos campagne. Tout possesseur d’un jardin devrait y songer.
Ce n’est pas seulement pollen et nectar dont on besoin nos butineurs. Pour avoir des fleurs très variées je vois bien les préférences des uns et des autres. Mais je sais surtout que les insectes trouvaient avant naturellement des antibiotiques et antiviraux dans leur ration alimentaire, venant de végétaux devenus extrêmement rares.
C’est compliqué de recréer ce qu’on a passé des décennies à bouziller en notre nom (l’appel d’air vient du consommateur, il veut pas cher on lui donne, de la daube on donne).
Je peux assurer à l’auteur que ça bourdonne et ça vole autour de mes deux rangs de tournesols qui sont montés à 1,80m avec les pluies. Bah c’est pour faire joli et pour eux. La terre est généreuse, alors partageons là. On n’est pas seuls, encore...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe