Julien Esquié Julien Esquié 27 août 2018 08:42
@Christian Labrune

« les catholiques actuels, fussent-ils paroissiens de Saint-Nicolas du Chardonnet, ignorent à peu près tout des dogmes qu’ils récitent mécaniquement. »

Le phénomène n’est pas nouveau. Ces catholiques pour qui on a tapissé de mosaïques et de fresques les murs et les plafonds des églises n’en savaient pas beaucoup plus. Ils avaient certes une connaissance de l’histoire sainte, de la « légende dorée » pourrait-on dire. Mais le dogme, les débats et les décisions du Vatican, tout cela leur passait au-dessus de la tête. La force et la vivacité du catholicisme n’en étaient pas entamées pour autant.

La vérité des dogmes, en la matière, n’a aucun intérêt. Ce qui importe, c’est la volonté de croire et la pratique.

L’une et l’autre se portent mal, dans le camp catholique, quoique… pas aussi mal que cela : le monde catholique n’est pas sis à l’intérieur du périphérique parisien. Ailleurs, il est plus vivace, par exemple dans les campagnes, mais aussi et surtout à l’étranger. Le protestantisme, lui, se porte on ne peut mieux aux États-Unis. La France n’est plus le centre du monde.

Il en va de même pour l’islam. Croire qu’il disparaîtra, miraculeusement, ou sera neutralisé par la chute de tel ou tel régime politique est d’une naïveté sans nom. Il existe depuis un millénaire et demi, ou presque. Ce qui a duré aussi longtemps a montré sa capacité de survivre à bien des vicissitudes.

Par ailleurs, le nombre des adhérents est en hause. Citons une fois encore WIKIPEDIA :

« Si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, l’islam pourrait dépasser le christianisme et devenir la première religion au monde d’ici 2070. Cette croissance continue de l’islam s’explique par le fait que les musulmans sont en moyenne plus jeunes et ont plus d’enfants que les membres des autres religions. »

Il convient en outre de souligner que l’expansion de l’islam, dans l’époque post-coloniale, n’aura pas été une conséquence du djihad mondial prôné par les mollahs. Le produit a été exporté par l’Arabie saoudite, devenue tout à coup, pour un C. Labrune (mais il n’en parle plus beaucoup) le meilleur allié de la laïcité, et, pourquoi pas, des droits des femmes. Les écrits de B. Sansal n’ont pas d’intérêt sur le plan littéraire, mais ils montrent bien le déroulement du phénomène.

AUTREMENT DIT, on ne triomphera pas de l’islam par la force armée, ni par le débat d’idées, ni par l’intelligence artificielle. Le mal est beaucoup plus profond que cela, n’en déplaise aux optimistes béats qui, un demi-siècle plus tard, persistent, quand ils fixent les pavés parisiens, à voir des munitions qui dissimuleraient une plage.

Pour ce qui est du problème spécifique à la France, il est évident. La population musulmane s’est installée et a prospéré APRÈS 1905.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe