Christian Labrune Christian Labrune 27 août 2018 14:37
malgré les accords de façade et la folie de l’Union Européenne de préférer préserver le patrimoine financier de ses entreprises aux envies légitimes de liberté d’un peuple emprisonné...
================================
à l’auteur,

J’entendais tout à l’heure le pitoyable discours de Macron devant les ambassadeurs. Je me disais : ses vacances à Brégançon lui auront peut-être permis de réfléchir un peu, mais non : il allait jusqu’à se vanter d’avoir eu récemment une conversation téléphonique avec le « Président Rohani » et il soutient plus que jamais un régime islamo-nazi qui ne tient plus qu’à un fil, à l’heure où les plus grandes entreprises engagées en Iran préfèrent déjà s’en retirer (elles reviendront plus tard !) et où, par un effet indirect des sanctions, Air France a pris la décision de suspendre ses vols vers Téhéran devenus de plus en plus déficitaires.

La question qu’on peut légitimement se poser face à une telle folie (il n’y a pas d’autre mot), c’est celle de savoir si la France de Macron, lorsque la police iranienne commencera à être débordée face aux émeutes, n’enverra pas à Téhéran quelques compagnies de gardes mobiles et de CRS pour soutenir le régime des ayatollahs et ratatiner les partisans de la liberté.

Les événements vont sans nul doute se précipiter. Après l’effondrement de ce régime pourri, principal responsable du terrorisme mondial, il faudra bien juger ceux des tyrans qui n’auront pas eu le temps de prendre le large et de retirer au passage les fortune considérables déjà converties en dollars et déposées dans les banques européennes. On saura tout, dès lors, sur les exactions commises au cours de ces quarante dernières années.

Que diront les imbéciles heureux, si nombreux sur ce site, qui ont déjà lu tant d’articles comparables à celui-là et dont ils auront copieusement insulté les auteurs ? Ils diront : on ne savait pas.

Ah, les faux-culs !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe