Bois-Guisbert (---.---.52.166) 26 mars 2007 21:56

Un certain Anthony Meilland écrit : Nous imposé une identité nationale préconçue et forcément politiquement non neutre, comme c’était le cas après 1870 avec l’introduction de la haine de l’Allemand dans les manuels scolaires, c’est dangereux.

Et prétendre cela, c’est imbécile. L’identité française remonte aux Gaulois, et plus loin encore. Dans L’Âme des peuples, André Siegfried, président de la Fondation nationale des Sciences politiques et académicien, observe :

Il a, dans la psychologie des peuples, un fond de permanence qui se retrouve toujours. Nous sommes encore, par combien de traits, semblables aux Gaulois nos ancêtres, et les caractéritiques que Tacite notait chez les Barbares ou les Juifs de son temps sont encore reconnaissables chez les Allemands, les Israéliens d’aujourd’hui - André Siegfried, L’âme des peuples, Ed. Hachette, 1950.

Le problème, c’est que la question identitaire est abordée par des gens, comme ce Meilland et tant d’autres, qui n’ont pas la moindre idée que ce qu’est l’identité nationale. A commencer par Sarkozy lui-même, ont l’identité est magyaro-judéo-grecque.

J’ajoute en guise de pied de nez aux imbéciles et aux ignares que nier les identités nationales, c’est considérer que les Allemands sont des Français empreints de civisme, à culottes de cuir, qui aiment la bière, le Pumpernickel et Lustige Musikanten.

Quant aux Français, ce sont des Italiens râleurs, qui préfèrent le pain aux pâtes et le bistrot à la vie de famille...

Cette ignorance de ce qu’est l’identité culturelle est le fruit d’une politique délibérée tendant à extirper l’âme de la France, propagée par l’Education « nationale » - quelle farce ! - dès la petite enfance.

Après avoir éradiqué la croyance religieuse, les mêmes milieux « philosophique » se sont attaqués à la « croyance familiale » et à la « croyance patriotique ». Efficacement si on en juge par l’inculture ambiante.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe