mike57 (---.---.134.159) 20 mars 2007 11:01

Eurabia est une entité politique et économique. Par une succession d’accords internationaux, l’Europe a accepté de soutenir les objectifs de la politique du monde islamique - en particulier sa position anti-israélienne - en échange d’un traitement de faveur sur les marchés du monde arabe. Bat Y’eor observe : « Au départ, [le dialogue euro-arabe] était considéré comme une vaste transaction : l’UE acceptait de soutenir la politique anti-israélienne en échange de larges accords commerciaux ».

Les retombées ont été culturelles et aussi démographiques, comme Bat Y’eor le détaille dans son livre à paraître, Eurabia. En échange de l’ouverture des marchés arabes, les Européens ont encouragé l’immigration musulmane en Europe, découragé l’assimilation de ces populations immigrées, et encouragé la dissémination en Europe des vues islamiques sur l’histoire et la politique contemporaine. Pendant ce temps, les politiques étrangères européennes étaient mises en harmonie avec les buts et objectifs du monde islamique.

Ce « glissement de l’Europe dans la sphère d’influence arabo-islamique », explique Bat Y’eor, avait pour but de briser la traditionnelle solidarité transatlantique. « Pour diminuer la puissance américaine et s’assurer une fourniture régulière de pétrole, les européens ont accepté »le bagage traditionnel culturel des sociétés arabes, avec ses préjugés anti-chrétiens et anti-juifs et son hostilité à Israël et à l’Occident". En échange des marchés du monde islamique, l’Europe a tourné le dos à son héritage judéo-chrétien et a posé les bases de sa propre islamisation. Au niveau politique le plus élevé, l’Europe - y compris l’Espagne - a vendu son âme depuis des décennies maintenant -, abandonnant en effet son sang contre du pétrole (sans parler du sang des innombrables Irakiens et autres qui ont souffert sous le joug de tyrans avec lesquels l’Europe faisait joyeusement des affaires).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe