osiris 2 janvier 21:00

Je suis d’accord avec ce que dit le pape dans l’encyclique La splendeur de la Vérité, la vérité absolue existe comme la vérité mathématique ou la vérité extraite d e la méthode expérimentale ,c’est aussi ce qu’admet Descartes même avec le doute cartésien.

 Car il ne faut pas confondre le doute sceptique pyrhonnien et le doute scientifique cartésien .Le doute cartésien n’est pas une fin en soi mais un moyen ,un moyen nécessaire, mais un simple moyen pour rechercher la vérité qui est admise existant en soi .Le doute cartésien n’exclut pas la foi (et non pas la croyance )en la vérité absolue qui est posée absolue en axiome premier comme et en même temps que la la Raison.

 La méthode cartésienne impose de douter de tout auparavant même des choses les plus évidentes et admises par tous depuis tout temps ,elle cherche après à la démontrer en partant t de fait absolument évident et absolument nécessaire qu’on ne pas ne pas admettre comme par exemple l’existence absolu de l’être ou la vérité absolue du principe d’identité a=a, puis en déduire grâce à un principe d’inférence tout aussi évident de vérité comme la transitivité de la relation d’identité si a=b et si b=c alors a=c

 Par conséquent ,la méthode cartésienne est en fait une réunion synthétique de la méthode expérimentale et d e la méthode mathématique de l’axiomatique formelle en prenant comme axiome premier d’une part les vérités de la logique mathématique les plus élémentaires et les plus évidentes comme la relation d’équivalence de l’identité et le principe d’inférence du modus ponens :si A implique B et si B est Vrai alors B est vrai ,et d’autre part pour ce qui est d e la méthode expérimentale l’axiome de l’existence absolue de l’être et d e la reconnaissance absolue de l’être par une conscience droite animée par la raison ,autrement dit l’axiome de l’existence de l’être et d e la vérité absolue de son existence ou pour être plus précis dans le langage métaphysique ,la vérité absolue de son étance .

Donc en résumé la vérité absolue existe suivant la méthode cartésienne soit comme une vérité extraite d e la méthode expérimentale ou comme vérité déduite de la méthode mathématique axiomatique en prenant comme axiomes premiers l’axiome de l’Etre et l’axiome d e la Raison avec sa logique élémentaire mathématique.

 En débordant sur le plan métaphysique ou philosophique il faut ajouter l’axiome du Beau ou du Parfait comme point de départ pour la reconnaissance rationnelle de la morale :

 Sur le plan purement transcendantal ,le bien est ce qui se définit en absolu comme ce qui est beau ou ce qui est parfait ,le beau étant le parfait sensible .

Sur le plan immanent ,le bien se définit relativement au bien absolu transcendantal :est plus bien que (meilleur que ) ou moins bien que(plus mauvais que ) ;Ainsi A est plus bien que B si A est plus proche du parfait que B et A est mois bien que B si A est plus éloigné que B du parfait

 la relation « plus bien que » est une relation d’ordre c’est à dire une relation qui à la fois réflexive ,transitive et antisymétrique ;on pourrait appeler la relation d’ordre « est plus bien que »par l’expression « supérieur à »

Notons la relation d’ordre « est plus bien que » par le terme « sup »

la relation d’ordre s’exprime par :

A sup A (réflexive)

A sup B et B sup C alors A sup C (transitive )

A sup B et B sup A alors A = B (antisymétrique.

 par définition le divin est l’Etre Parfait (Absolu)

(Parfait en majuscule signifie parfait absolu)

On pourrait définir aussi l’absolu comme ce qui est « plus bien que Tout  » ou ce qui est « supérieur à Tout »

 Ainsi Beau = beau absolu = beau supérieur à tout = bien supérieur à tout =bien absolu = Bien =Parfait

 Divin = Etre parfait en tout=Etre parfait absolu = Etre parfait

 Remarque il ya équivalence entre Tout et Absolu.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe