Fergus Fergus 5 janvier 15:40

Bonjour, Eric F

« les gouvernants ont eu le dernier mot, le « plan B » a été de leur côté par le traité de Lisbonne »

Un plan B qui n’en était pas vraiment un, les rares modifications par rapport au texte initial portant sur des points dérisoires. 

Mais cela a  hélas ! semblé suffire pour endormir les Français qui ne se sont quasiment pas mobilisés pour empêcher le vote de ratification par la voie du Congrès.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe