Gilles COLIN Gilles COLIN 10 janvier 08:10

Et que dire du singularisme ? Pourquoi n’indique-t-on pas systématiquement le pluriel et le singulier ? N’est-ce pas une volonté d’annihiler notre individualité en nous assimilant à un ensemble qui ne peut être qu’abstrait ? N’y a-t-il pas aussi une tentation de nous réduire à un archétype en utilisant un singulier neutre ? Exigeons la reconnaissance de l’être humain dans son essence tout en ne le noyant pas dans la masse.

Les solutions ?

Étendre l’écriture inclusive : Chaque, tous.tes les directeur.ice.eurs.ices est.sont convoqué.e.s.es.

Indiquer systématiquement le genre et le nombre  : Celle, celui, celles et ceux qui le voudra ou le voudront sera ou seront la bienvenue, le bienvenu, les bienvenues, les bienvenus.

Ou utiliser un terme neutre : l’être humain et les être humains.

Adhérez au mouvement omninymique !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe