Yanleroc Yanleroc 10 janvier 00:32

Je reprend et extrais les points importants pour les ceusses qui n’ auraient pas entendu leur commandant la 1ère fois ou seraient un peu dur d’ oreille : En 68 donc :

 ..des excès dans l’emploi de la force.
    
C’ est un bon début que de le reconnaître !   Bien !

Nous perdrons quelque chose de beaucoup plus précieux.... notre réputation..
    Les derniers lambeaux se sont envolés avec les yeux crevés et les mains arrachées  ! Pas bien ! 

Les hommes d’ordre que vous êtes doivent aussitôt reprendre toute leur maîtrise.
    Comme ici, quoiqu’ il en coûte ! Bien ! 
    Et pas comme ici ! Pas bien !

 Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi-même..
    Ne pas faire comme ces collègues qui s’ y sont mis à 10 : Pas bien !

-Il est encore plus grave de frapper des manifestants après arrestation..
    Ne pas faire comme ce commandant qui frappe un manifestant adossé à un mur : Vraiment pas bien !

 Toutes les fois qu’une violence illégitime est commise contre un manifestant, ce sont des dizaines de ses camarades qui souhaitent le venger. Cette escalade n’a pas de limites. 
    Compris en 68 mais pas en 2018 ? Pas bien !

 Dites-vous aussi que lorsque vous donnez la preuve de votre sang-froid et de votre courage, ceux qui sont en face de vous sont obligés de vous admirer même s’ils ne le disent pas...
    No comment !

Nous nous souviendrons, pour terminer, qu’être policier n’est pas un métier comme les autres ; quand on l’a choisi, on en a accepté les dures exigences mais aussi la grandeur.
    Tous n’ ont peut-être pas choisi, mais ont été choisis !

..vous montrer constamment sous votre vrai visage et faire une guerre impitoyable à tous ceux (parmi vous)

....qui  par leurs actes inconsidérés accréditeraient précisément cette image déplaisante que l’on cherche à donner de nous.
     Décidément un homme bien ce Préfet de Police !
    


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe