Garibaldi2 10 janvier 18:08

’’En vertu de l’article 222-23 du Code Pénal, il risque jusqu’à quinze ans de réclusion. En effet, depuis la loi Schiappa, la fellation sous contrainte compte désormais comme un viol et encourt les peines prescrites pour ce crime alors que c’était jusque là considéré comme une simple « agression sexuelle ». La France était l’un des derniers pays dits « développés » à ne pas qualifier la pénétration orale forcée comme viol.’’


Vous plaisantez ou quoi ? On n’a pas attendu mme Schiappa pour que la fellation non consentie, c’est à dire UNE PÉNÉTRATION non consentie soit qualifiée de viol.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe